L’affacturage est la solution performante de sécurisation, de gestion et de financement de trésorerie pour toutes les PME et les TPE. Généralement, le marché de ce dernier attire les fintechs et un grand nombre de start-up dans la finance. Cette opération permet d’une manière ou d’une autre de préserver ou encore de constituer la trésorerie. Autrement dit, ce type d’opération peut également être considéré comme une couverture de risque impayé. Il faut tout de même préciser plusieurs types d’affacturage.

L’affacturage notifié non géré

Ce type d’affacturage s’adresse essentiellement aux entreprises ayant un chiffre d’affaires nettement plus conséquent. Autrement connu sous le nom d’affacturage semi-confidentiel, l’affacturage notifié non géré consiste principalement à céder à une factor toutes les créances notifiées. Par contre, l’entreprise aura le droit de garder en interne la relance ainsi que l’encaissement de toutes les factures des clients. De cette manière, tous les clients seront tenus de payer directement le fournisseur.

L’affacturage confidentiel

Le terme « affacturage non notifié » n’est nul autre que l’affacturage confidentiel. Elle permet à une entreprise de conserver toute la gestion du poste client. Dans ce cadre, tous les règlements seront généralement financés par une entreprise dédiée à l’affacturage. Simplement, pour cette forme de finance, tous les clients ne seront pas informés de la souscription au contrat. La société sera donc obligée de régler à l’échéance sa factor afin qu’il ne risque pas d’être définancé.

L’affacturage classique

Dans ce type de financement, une société cède toutes ses factures au factor, notamment en l’échange d’un financement immédiat. Tous les clients de la société devront ainsi recevoir une notification de la présence du contrat d’affacturage. Ce dernier mettra également en avant les coordonnées bancaires de la société de factoring. Ces coordonnées seront utilisées pour effectuer le paiement. D’ailleurs, cette forme de financement conviendra parfaitement à toutes les petites structures.

L’affacturage inversé

Généralement, les experts dans le secteur nomment cette forme de financement comme la reverse factoring. Dans ce cadre, la société ou la firme mandate par avance la factor dans le but de régler les fournisseurs. Tous ces derniers devront, dans tous les cas, signer un accord permettant à un établissement de factoring à payer à la place de la société en question. En réalité, la société pourra effectivement bénéficier d’un escompte commercial. Ainsi, elle règlera la factor à l’échéance normale de toutes les factures.