Face à l’automatisation et à la technologie qui avancent à grands pas, les experts comptables ont besoin de revoir leur activité pour pouvoir s’adapter et saisir les opportunités fournies par la digitalisation. Pour tirer profit de cette transformation, les cabinets doivent identifier le créneau le plus intéressant, selon leurs propres caractéristiques (taille, situation géographique, clientèle…) et celles des mutations en cours.

4 types de missions pour l’expert-comptable

On peut identifier quatre catégories de missions confiées au cabinet d’expert-comptable CE.

  • La production comptable, qui génère la majeure partie du volume d’affaires du métier. Il s’agit notamment de tâches visant à remplir les devoirs juridiques des entreprises, à savoir l’écriture et le suivi comptable, la fiscalité et les obligations sociales…
  • L’assistance dans la gestion, par exemple de la trésorerie, ou encore les tâches administratives (suivi facturations et encaissements). Cette deuxième mission peut être menée par des collègues généralistes.
  • Le conseil. Même si ce type de prestation constitue encore une petite partie des offres, il touche tous les aspects de l’activité du cabinet, qu’il s’agisse de comptabilité, de question fiscales, juridiques ou sociales. Le conseil peut porter sur une meilleure rationalisation fiscale, les choix à faire dans le cadre d’une cession ou d’une acquisition, etc. En fait, c’est surtout cette offre qui constitue l’avenir des cabinets comptables, avec la diversité des cas possibles.
  • Les missions extraordinaires, lorsque l’expert-comptable intègre d’autres domaines plus risqués au-delà du monde des chiffres. Par exemple, il peut se spécialiser dans l’accompagnement stratégique en ressources humaines au lieu de se cantonner dans les aspects juridiques de la question, proposer une assistance dans la numérisation de la comptabilité des clients après avoir réussi sa propre digitalisation, peser dans l’élaboration d’une meilleure stratégie financière, etc.

S’orienter par rapport aux nouvelles possibilités

Il existe quelques pistes de réflexion qui retiennent l’attention concernant ces missions. Ainsi, il convient de noter que le marché se rétrécit au fur et à mesure que l’on s’écarte des prestations classiques. Par ailleurs, les offres « hors-piste » comportent de vrais risques du fait qu’elles nécessitent de gros investissements sans pour autant promettre d’engranger un bon volume d’affaires. En effet, il faut dépenser en formation spécialisée et en communication, pour un résultat très incertain. Il est donc indispensable pour le cabinet d’expert-comptable CE, de bien réfléchir sur ces nouvelles missions en tenant compte des particularités de son cabinet, au lieu de se lancer trop vite dans des offres spécialisées.

Ainsi, parmi les éléments à prendre en compte figurent : les RH (éventuelles baisses d’activité, formation des collaborateurs…), le modèle économique à adopter (type de facturation, distinction des missions pour échapper aux forfaits…), le marketing (mise en place d’offres bien déterminées), la communication pour véhiculer une image évoluant avec les missions assumées, la production qui doit être modélisée pour prendre moins de temps, et enfin le côté commercial consistant à trouver des clients pour les prestations proposées.