Les banques et les organismes de prêt reçoivent régulièrement des demandes de crédit de personnes au chômage. Ce sont, généralement, de personnes qui ont récemment perdu leur emploi et qui se trouvent au chômage. Ils ne sont pas rares les chômeurs, qui jouissent d’un patrimoine confortable acquis pendant leur vie professionnelle. De toute évidence, ce qui conditionne l’obtention d’un crédit est la « saisissabilité » des revenus. Autrement dit, un prêt ne peut être octroyé par une banque ou organisme financier, qu’à une personne solvable. Cela sous-entend que c’est une personne dont la banque pourra facilement saisir les revenus en cas de défaut de paiement. Cependant, les indemnités de chômage ne sont pas saisissables.

L’existence d’autres garanties, pour avoir un prêt chômeur

Ainsi, une personne, même si elle est au chômage, après des années de travail, peut avoir amassé un patrimoine confortable, entre autres une maison, une voiture, de l’épargne ou autres. Si ce chômeur veut effectuer une demande de crédit, l’intermédiaire de crédit (en la personne du courtier) examinera avec soin sa situation patrimoniale. Le courtier verra dans quelle mesure il peut trouver des garanties. Pour obtenir des credits sans emploi, généralement, il s’agira d’inscrire une hypothèque conventionnelle sur un bien immobilier. Celui-ci doit être la propriété quitte et libre de charges du chômeur. Il faut noter que le crédit hypothécaire n’est acceptable qu’au-delà d’un certain montant (en général 25.000 €), en tenant compte des frais notariés que ce type de crédit génère.

Les autres solutions de crédit chômeur

Même si le chômeur rencontre des difficultés à contracter un prêt, le crédit personnel reste accessible. Il existe des dispositifs de financement permettant aux personnes dont les revenus sont faibles de contracter un emprunt : le microcrédit et les prêts de la CAF. Aussi, les chômeurs, les personnes à faibles revenus ou encore allocataires des minima sociaux, peuvent souscrire un microcrédit, s’ils détiennent une capacité de remboursement satisfaisante. Ce crédit est, en partie, garanti par l’État. Il peut être demandé pour des fins personnelles ou professionnelles. Si un demandeur d’emploi souhaite en profiter, il peut s’adresser à un établissement financier spécialisé ou à une association. Aussi, pour les chômeurs qui rencontrent de grandes difficultés financières, la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) propose des prêts pour réaliser des projets. Ceux-ci peuvent être l’achat d’une voiture, un achat immobilier ou encore électroménager. Pour ce faire, le chômeur doit avoir de faibles ressources, comme le RSA (Revenu de solidarité active). Également, il doit voir au moins un enfant à charge. Enfin, il doit pouvoir payer une partie du montant du bien financé. Dans le domaine du retour à l’emploi, la CAF peut financer le permis de voiture à hauteur de 1 500 euros. Si le chômeur souhaite changer de voiture, la CAF peut également lui prêter jusqu’à 1250 euros. Aussi, il existe d’autres crédits, comme le prêt à taux zéro (PTZ), qui sont accessibles pour financer un achat immobilier. Bref, la situation d’un chômeur n’est pas désespérée, de tels crédits l’aident à chercher un nouveau travail ou à avoir sa propre entreprise.